Le végétal est pour moi un excellent champ d’exploration, un univers non assujetti à des formes finies,

en présence d’éléments qui se contredisent ou bien, de suggestions non définies et

... des déplacements d’idées.

 

Associer des prises de vues en mouvement à des recherches graphiques, picturales  prenant la forme de dessins inachevés.

Sortir du végétal et se déplacer d’un espace à un autre.

Prendre des prises de vues, comme tenir un carnet de croquis.

Il s’agit d’explorer l’image, ici des visuels successifs qui sont comme des plans successifs.

Viennent se greffer des temps successifs.

 

Aujourd’hui, mon projet se développe entre peinture, vidéo, court-métrage, et photographie.

 

Depuis 2013, je souhaite introduire un nouvel aspect à ce travail, celui de l’interactivité,

avec une variante suppplémentaire qui est le son.

Concentrer d’une part mon travail sur des installations vidéo où le spectateur est complètement intégré à une mise en scène,

immergé dans des projections silencieuses ou sonores.       

 

D’autre part, réaliser des « artscript » de peintures effectuées sur tablette numérique,

puis concevoir des bandes sons à partir de ces scripts,

et/ou inversement, interpréter graphiquement un fond sonore à finaliser en vidéos.

                                          

>

© 2020  Murielheriveau